Logo
ACCUEIL economie ARTICLE

LA CREATION DU FONDS REGIONAL DES COLLECTIVITES LOCALES DANS L’ESPACE UEMOA : UNE IDEE EN FORTE GESTATION

Une réunion de haut niveau regroupant les experts financiers et économiques des institutions financières et de développement à l’échelle régionale et internationale comme L’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) , Fonds mondial pour le développement des villes (FMDV) ,la Banque ouest africaine de développement (BOAD), la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), l’Agence française de développement (AFD), le Fonds d’équipement des Nations unies (UNCDF) et le groupe bancaire panafricain Oragroup basé à Lomé, le FMDV ; s’est tenue ce 7 avril 2022 à Lomé.
Il s’agit d’une réflexion pour la création du Fonds régional des collectivités locales ; entendre la création d’un instrument de financement des villes de l’Afrique de l’ouest. Des échanges très enrichissants et holistiques sur le financement structurant ont été animés par Monsieur Kamal ADJAYI, Vice-Président du FMDV , Par ailleurs maire de la commune du Golfe3, assisté par Dr Adama DIOUF, Président de l’Union des Associations des élus locaux du Sénégal et membre du CCT.
En effet la réflexion est portée sur la consistance et la substance des projets qui doivent être élaborés pour bénéficier de ce type financement. Les experts ont fait un diagnostic approfondi des problèmes qui sont rencontrés dans les 2500 communes de l’espace UEMOA. Des problèmes récurrents entre l’insécurité, le manque d’infrastructures, l’insuffisance d’éclairages publics, des centres hospitaliers régionaux de référence. Ils ont également relevé les risques liés à de financement de pareils investissements. Surtout les risques d’ordre politique où les communes peuvent disparaitre au profit des délégations spéciales posant le problème de remboursement des crédits.
Tout compte fait l’idée de création du fonds régional des collectivités locales a été appréciée par les experts financiers et économiques.
Précisant le contenu des réflexions : « Je pense qu’il faudra évoquer la problématique qui est celle du financement du développement dans nos collectivités territoriales en Afrique de Facon générale. Comment faire en sorte que le développement de nos collectivités soit un développement endogène parce que porter par les communautés ; parce qu’encrée sur nos réalités. C’est ça la problématique. Il s’agit aujourd’hui de réfléchir sur un instrument, que nous dévons créer à l’échelle régionale sur le sceau de l’UEMOA pour que nos collectivités territoriales puissent accéder aux financements. C’est une question importante parce que le financement endogène nous espérons, est un financement pérenne. Il faut que nous organisions en tant que collectivités territoriales pour trouver des solutions à ce problème endémique qui consiste à trouver des financements pertinents.
Les enjeux sont multiples : c’est faire en sorte que nos collectivités soient viables ; puissent porter un développement durable. Faire en sorte également que dans le cadre de mutualité que le secteur privé puisse intervenir , au sens large, secteur privé local et secteur privé régional ; puissent intervenir les banques,, le consortium de nos partenaires pour trouver ensemble une solution. Nous pensons qu’un fonds régional d’investissement que nous devons mobiliser à l’échelle de l’espace de l’UEMOA porter par tous les pays à la conférence des chefs d’Etat , le CCT en particulier avec le vécu qu’on lui connait à porter une telle initiative.
Maintenant je m’en presse de féliciter Monsieur le Maire ADJAYI et le Directeur exécutif de Fonds mondial de développement des Villes ont pris cette initiative et nous ont proposé ce mécanisme que nous avons suffisamment partagé avec les associations de pouvoirs locaux, les partenaires de développement. L’UEMOA à partir de ce moment va faire un saut qualitatif vers le règlement de ce problème important qui consiste à trouver un financement adéquat pour lutter contre la pauvreté et le sous-emploi. A partir de projets sur les questions de sécurité, d’assainissement dans nos villes, la problématique l’éclairage public, la question d’inondations, l’entreprenariat féminin, l’entreprenariat des jeunes. Si nous mobilisons les 2500 collectivités territoriales que comptent notre espace communautaire dans la solidarité, dans la mutualité nous espérons que ce fonds peut être un alternatif crédible de notre point de vue. » A affirmé Dr Adama DIOUF
Dans la même ligne d’idée Madame Christelle ALVERNE, du Fonds d’Equipements des Nations Unies a ajouté que les collectivités locales ont besoin de financements parce qu’elles doivent offrir des services de base à la population et puis des services économiques .et que c’est à travers ça qu’on peut créer des emplois et la richesse au niveau local et permettre à tous de s’élever de la pauvreté. Et donc il est important de savoir qu’est ce qu’on veut financer ? « des villes doivent avoir infrastructures des marchés , des zones de stockages , des gares routières , des espaces où les entreprises peuvent s’installer , accès l’électricité , à la formation , aux services financiers ce sont les choses qui sont essentielles . Et que de ces investissements qu’’on doit définir le contours de type d’investissement.. La première étape c’est de bien cibler qu’est ce qu’on veut fiancer et de trouver les modalités de financement. Financer ces types d’infrastructures coute chers. et demande beaucoup d’assistance technique, beaucoup d’appuis pour aider les collectivités à s’approprier ces projets. Donc c’est un chemin qui est long et nécessaire. »
Et donc « Il s’agit de mettre en place un instrument de financement des collectivités locales. La thématique de financement des collectivités locales est de plus en plus importante. Beaucoup de développements proviennent des villes. Il faut adresser la question d’accessibilité aux ressources financières sur le marché financier international. Donc Le cadre de la réunion était de poser les bases, de réfléchir et d’élaborer une feuille de route qui permettra petit à petit d’agir dans ce sens. ..L’intérêt est à la fois national et régional. L’objectif du fonds est de permettre le financement de toutes les collectivités de la région y compris les 117 communes togolaises. Nous avons beaucoup de projets préparés et murs à la mairie du Golfe 3, qui nécessitent d’être financés. Avoir accès à un fonds de cette envergure permettra de trouver les ressources financières nécessaires à conduire les politiques de développement… Quand on a l’argent pour pouvoir créer les infrastructures nécessaires, le développement va beaucoup plus vite. A côté de nos gouvernements, il faudrait que nous collectivités locales aussi puissions adresser la question de capter les ressources financières disponibles ce n’est que comme ça on peut arriver à l’objectif développement. » A déclaré, Monsieur Kamal ADJAYI, Maire de la commune du Golfe 3, par ailleurs Vice-Président de FMDV
Somme toute Le fonds régional des collectivités n’est pas un fonds de plus. Financier une collectivité, une ville est un métier à part entière. il y a des risques liés, des problématiques. Une gestion du portefeuille à faire. Avoir l’opportunité de le mettre en œuvre sera une réponse efficace et précise à la question de financement des collectivités.

  • Partager

LIRE AUSSI

COMMENTAIRE