Logo
ACCUEIL politique ARTICLE

POUR UNE MEILLEURE CONDITION DE VIE : LES FEMMES PYRAMIDES PORTENT HAUT LES CRIS DES TOGOLAIS

Les Femmes Pyramide, un regroupement des femmes des organisations de la société civile au Togo, a organisé une conférence de presse ce 20 avril 2022 à Lomé en présence des journalistes , des responsables des organisations de la société civile et des responsables des partis politiques pour dénoncer la dégradation des conditions de vie des femmes , des jeunes et des personnes vulnérables .
Au cours de la rencontre, elles ont décliné leur identité, fait un diagnostic clair des conditions de vie de la majorité des togolais, dénoncé les outrages subis et enfin proposé des revendications aux gouvernants.
Les femmes Pyramide en s’identifiant aux propos de Joseph Ki-Zerbo : « Chaque génération a des pyramides à bâtir », en s’appuyant sur la citation « c’est à nous qu’il sera effectivement et exclusivement demandé compte des hommes , des femmes , des enfants qui meurent chaque jour comme des mouches , de faim , de maladies et du mal vivre » de feu Dahuku Péré , extraite de sa déclaration du 24 mars 2002, à l’attention des membres du comité central du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT), et mieux encore en s’adossant sur ces termes d’actualité . Le Togo est en crise profonde à cause de sa prise en otage par une minorité qui selon les propres dires du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, s’accapare les richesses du pays ; énonce ainsi l’importance de la mission qu’elles veulent poursuivre. C’est-à-dire porter haut la voix des sans voix, dénoncer et faire des revendications concrètes.

Dans la déclaration liminaire lue par Madame Eméfa Eklou , membre de Femmes Pyramides , nous retenons que « Trop c’est trop ! Notre quotidien est meublé par la faim, la maladie, la misère, le suicide, la dépravation des mœurs et la mort. Dans ces conditions, le gouvernement en place qui compte par ailleurs 9 femmes ministres, ne devrait pas rester insensible à notre misère, aggravée par les conséquences de la crise sanitaire du corona virus…Les Togolais sont frappés en plein fouet par la famine, la maladie, abandonnés à eux-mêmes dans la misère au couperet du suicide… »

Par ailleurs, par des illustrations précises, les Femmes Pyramides ont montré les cas soutenant les conditions déplorables des concitoyennes et concitoyens et ont enfin proposé 7 revendications suivantes :
1. La suppression de toutes les augmentations de prix sur l’essence, le péage et l’électricité ;
2. La dépression fiscale dans les marchés et sur les produits de première nécessité ;
3. La prise de mesures sociales d’urgence au profit des femmes et les couches vulnérables ;
4. La prise de mesures urgentes pour la prise en charge gratuite de tous les malades ;
5. La prise de mesures urgentes contre la faim et pour la baisse immédiate des prix des denrées de première nécessité ;
6. L’augmentation du salaire minimum garantie à 50 000f CFA au moins et la création de l’emploi au profit des jeunes ;
7. La cessation immédiate du harcèlement et la répression des forces de l’ordre dans le pays et la libération sans condition de notre sœur Leyla Nambéa , mère de trois filles , arrêtée le 18 décembre 2019 alors qu’elle allaitait son bébé de 9 mois ; des enseignants du SET et des élèves arbitrairement arrêtés et jetés en prison , suite à la grève pour réclamer l’amélioration des conditions de travail et de vie des Enseignants togolais.
Enfin, Femmes Pyramide demandent à la population de rester mobilisée tout en noir pour dire non à la faim, à la pauvreté et à la flambée des prix des denrées de première nécessité et à la violence au Togo.
Certainement ces revendications iront droit aux gouvernants, qui malgré la conjoncture difficile, la crise sanitaire et les perturbations géopolitiques qui ont déjoué toutes prévisions ; vont battre pieds et mains pour trouver des réponses appropriées pour les meilleures conditions de vie de la population.

  • Partager

LIRE AUSSI

COMMENTAIRE