Publié par La Redaction mis à jour le 09/06/15

L’INAM présente la liste des actes et produits de santé actualisée et définit les nouvelles normes


Le lundi 1er juin 2015 marque à jamais la journée de l’entrée en vigueur de la liste des actes et produits de santé actualisée. C’est au cours de la conférence presse organisée en ce même jour que l’Institut National d’Assurances Maladie (INAM) a porté à la connaissance des professionnels de médias le message et les différentes informations sur les changements intervenus dans la prise en charge. L’assise est conduite les premiers responsables que sont les médecins et spécialistes en assurance de l’Institut.
La note essentielle est que les médicaments remboursables l’INAM sont classés en trois catégories selon le principe : «plus un médicament a un service médical rendu important, mieux il est remboursé ». En effet la modification majeure dans les nomenclatures est l’adoption de Prix Base de Remboursement (PBR) des médicaments selon le service médical rendu. Trois critères essentiels sont pris en compte :
-La nature de l’affectation (degré de gravité ou pronostic vital),
-le niveau d’efficacité et le rapport bénéfices/risques,
-les alternatives thérapeutiques existantes.
S’exprimant par rapport aux innovations apportées dans les nouvelles nomenclatures, monsieur Batchabi Adam, Directeur de Prestation à l’INAM a affirmé que : « …Aujourd’hui nous lançons officiellement les nouvelles nomenclatures actualisées. Il faut retenir simplement que c’est un document, un outil de gestion qui renferme l’ensemble des prestations que nous prenons en charge ainsi que les modalités. Pour cette édition nous avons mis l’accent sur la liste des médicaments. Et dans cette liste de médicaments nous avons retenu un principe simple qui est valable à la fois pour les prescripteurs et les assurés. : C’est le principe de service médical rendu. Nous avons catégorisé notre liste de médicaments en trois catégories en fonction du service médical rendu.
On entend par service médical rendu, une approche basée sur trois critères essentiels : l’efficacité du médicament, la gravité de l’affection à laquelle le médicament s’adresse, les alternatives thérapeutiques qui existent, les avantages et bénéfices de ce médicament-là. Donc désormais il faut retenir qu’avec cette édition d’actualisation de la nomenclature les médicaments qui ont le service médical les plus élevés sont les mieux remboursés par l’INAM. Ce message nous aimerons le porter à la fois à nos assurés pour dire que ce n’est pas le service au rabais plutôt nous sauvegardons leur santé en les orientant vers les médicaments qui ont le coût / efficacité élevé. Ensuite vis-à-vis de nos prescripteurs d’orienter leurs prescriptions vers des prescriptions rationnelles de tel sorte que ce soit l’INAM que ce soit l’assuré soit bénéficiaire des prescriptions. »
Il a également fait ressortir les trois risques que sont la typologie des fraudes inhérentes aux personnes qui n’ont pas droit aux soins et qui en bénéficient, l’usurpation d’identité ; l’abus et surprescription où plus de 70% des ordonnances il y a plus de cinq médicaments.et enfin des fautes liées à l’autoprescription.
L’INAM dispose d’un cadre légale pour gérer les risques.
En somme cette révision est la troisième après celles du 1er septembre 2012 et le 1er août 2013 depuis le démarrage des prestations le 1er mars 2012 et conformément aux dispositions du décret N° 2011-34/PR du 19 mars 2011.



Dernières infos en video

La lutte contre la corruption






COMPOSITION DU GOUVERNEMENT TOGOLAIS 2020

Reprendre la ferme familiale à l’abandon

Promotion d\'une ferme Agricole au Togo

Covid-19 à Madagascar : le traitement

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…
Simple PopUp by Anders Wasen (http://wasen.net)
Free non-commercial version for Joomla. © Anders Wasen 2013